Fiches de lecture du livre numérique : LE DICTIONNAIRE DES COMMUNES DE L'INDRE

Ajouter au panier

7.85 €

ou l'offrir Cette offre n'est disponible que pour les clients inscrits et identifiés.

Offrez l'Olni avec votre dédicace

 

Image

Nombre de pages : 1249

Format(s) : Format PDFISBN n° 978-2-36708-105-2 (pdf).
AIGURANDE

Sur le plateau surplombant la vallée de l’Indre, commune de 1633 habitants 1 (2552 hab. en 1911) ; altitude 423 m ; chef-lieu de canton, arrondissement de La Châtre (25 km) ; à 47 km de Châteauroux. Territoire de 2777 hectares.
Située à la limite sud de la région Centre, la ville d’Aigurande a longtemps servi de frontière entre la Marche et le Berry, entre le bassin de la Creuse et celui de l'Indre.
Région de bocage, l’agriculture reste l’activité dominante, essentiellement orientée vers l’élevage de bovins, surtout Charolais. La région était autrefois une région d’élevage de porcs avec des marchés importants.
Cette ville est composée de deux paroisses qui n'ont été réunies qu'en 1847.
Ville commerçante, qui souffre de la désertification rurale, mais garde son charme d’autrefois et tente de diversifier son économie.

Blason
D'azur à la cotice cousue de gueules, accompagnée en chef de trois fleurs de lys d'argent, et en pointe de trois fleurs de lys du même.

TOPONYMIE
Mentions anciennes : Ecclesia Mariæ de Agurandia, donnée en 1087 à l'abbaye de Marmoutiers ; Aiguiranda, 1216 ; Parrochia de Aguranda, 1246 ; Agurande, 1555 ; Vicairie de Sainte-Catherine, 1267.
Aigurande, selon Julien Havet (1853-1893), dériverait du celtique continental Ingorande rappelant une frontière.
Aigurande est d'étymologie identique aux Ingrandes, toponymes relativement nombreux en France et de caractéristiques identiques.

HISTOIRE
Aigurande ou Agurande, partie dans le Berry et partie de la généralité de Moulins. Ville, châtellenie, diocèse de Bourges, parlement de Paris, intendance de Moulins, élection de Guéret. Bailliage 2 de Châteauroux. Grosse Tour, justice et prévôté 3. Archiprêtré d’Argenton.
« Aigurande a de bonnes murailles et de bons fossés. Elle faisait autrefois partie de la terre Déoloise, à l’exception de son fauxbourg qui est dans la Marche (1726) 4. »
Chapelles de Sainte-Catherine et de Saint-Mathurin, 1470 ; prêtres communalistes 5, 1555 ; confrérie de Saint-Jean-Baptiste dans une chapelle du cimetière, 1540. Ancien pèlerinage de Saint-Silvain. Chapelle de Notre-Dame de la Pitié vendue nationalement le 7 pluviôse an II ; lieu de pèlerinage. Ancienne chapelle Sainte-Catherine, 1376. Chapelle Saint-Jean vendue nationalement le 17 pluviôse an II.
Fondation en 1770 d'un collège. Lampadaire sur la place publique, détruit vers 1767 6.
Production de seigle et de menus grains au XVIIIe siècle ; on y nourrit beaucoup de bétail.
Aigurande fut détachée de la province du Berry et réunie à la Marche au XVIIe siècle par Anne de Montpensier pour éviter la gabelle.

Au XIXe siècle
Sœurs de Charité.
Clouterie, chaudronnerie, corderie.

Foires et marchés (XIXe siècle)
Foires aux bestiaux et aux châtaignes : 20 janvier, jeudi de la mi-carême, mercredi saint, jeudi de quasimodo, (très importante), 6 octobre, lundi avant la Toussaint, 28 novembre, 28 décembre.
Marchés aux porcs gras le lundi, du 15 décembre au carnaval et aux bêtes à laine et gros bestiaux, de Pâques à la Saint-Jean.

Agriculture en 1889
275 ha de froment 7 ; 352 ha de seigle ; 195 ha d’avoine ; 300 ha de pommes de terre ; 36 ha de prairies. Châtaignes, porcs.
À cette époque, la production de pommes de terre paraît considérable. La pomme de terre entrait pour beaucoup dans l’alimentation des porcs avec les sous-produits laitiers. On peut aussi penser qu’une partie était vendue dans les grands centres urbains.

Seigneurs
Maison de Déols en 1012 ; de Chauvigny, 1199 ; de la Roche-sur-Yon, 1475 ; Scouriou Bois-Morand d'Antigny, 1790.

PRINCIPAUX MONUMENTS ET SITES TOURISTIQUES
Église Notre-Dame
Église du XIIIe siècle. Large édifice avec un puissant clocher-porche en pierres de taille, daté du XVIe siècle ; dôme octogonal surmonté d’un clocheton. Nef sans transept de six travées, voûtée d’ogives, datée du XVe siècle. Chœur avec chevet plat du XIVe siècle, avec fenêtres de style flamboyant. Maître-autel en bois sculpté et doré de style régence. Deux chapelles latérales du XVIe siècle. Vestiges de fortifications.

Chapelle Notre-Dame de la Pitié
Petite chapelle à proximité du site de la source de la Bouzanne. Statue de la Vierge. Pèlerinage de Notre-Dame de la Pitié.

Château de Planet
Château du XIXe siècle.

Dolmen du Grand Pontet
Dolmen du Grand Pontet ou du Champ Liame. Situé à 5 km d’Aigurande, près du village du Grand Pontet. Découvert en 1977 par Gérard Tardivo : c’est un agriculteur qui lui révéla la présence de ce mégalithe ruiné, où, selon la légende, est enterré un général de César avec son sabre d’or… 8

AUTRES MONUMENTS ET SITES
Source de la Bouzanne : monument dédié à Notre-Dame de la Pitié inauguré en 1866 ; à côté, grand calvaire érigé en 1895.

Vestiges du château féodal.

Monument aux morts. Œuvre d’Aristide Daniel, (1876-1938).

Mémorial dans l’église ; bas-relief sculpté signé Charles Desvergnes.

Lavoir.

Cadran solaire.

Vestiges de voie romaine.

Moulin de Planet.

Source de la Vauvre.

LIEUX HABITÉS EN 1890
Hameaux
Le grand Vivier (784 hab.), La Bouzanne, (70 hab.), Le Tivoli (52 hab.) La Regnière, (50 hab.), Prévaillant, Pontet-Lavergne, La Bruyère-de-l’Étang, La Charsille, Les Cherloux, Montluc, Boucamoine, La Levade, La Caurière, Planet, moulin de Planet, Moulin-Brigaud, Les Merlots, Petit-Vivier, La Cugne, La Boutallerie, Le Tylet, Pontet, Pont-Lavergne, La Giloterie, Le Frementeau, Les Chatrettes, Le Verret, Les Métraux.

Maisons isolées
Chalandreau, Les Bouchards, Riz-Blanc, La Goutte-Chebrée, Les grands Moulins, La Grange-Gilbert, La Levade, La Combe, Le Cachet, Le Bois-Lamy, La Paquetterie, La Brouille, Puyratier, Les Peyrots, Le Gast, La Sauza, Les Pilardières.
COMMUNES DU CANTON (1889)
La Buxerette, Crevant, Crozon, Lourdoueix, Montchevrier, Orsennes, Saint-Denis-de-Jouhet et Saint-Plantaire.

HAMEAUX PRINCIPAUX,
ANCIENS FIEFS
Aigurandette : Agurandette, 1726. Faubourg d'Aigurande, dépendant autrefois de la Marche. L’on voit sur la place d’Agurandette, une espèce de tour environnée d’un perron octogone ; il paraît que c’est où on jetait du temps des payens, ce qui avait été offert sur l’autel pour y être consommé par le feu (1726) 9.
La Bouzanne : Bosannia, 1298, Bouzanne, 1585. Hameau important.
Chalandreau : Casa-Landraut, 1087.
La Charcille : moulin appartenant à l'émigré Boismorand, vendu nationalement en l’an VI.
Étable : ancien moulin, appartenant au seigneur d'Aigurande, vendu nationalement en l'an VII
Planet : château appartenant à M. Maxime Planet, 1890 ; moulin.
La Haute et Basse Regnère : domaine appartenant à l’émigré Boismorand, vendu nationalement le 14 germinal an VI.
Le Grand Vivier : Hameau principal d’Aigurande qui rassemblait autrefois, un tiers des habitants de la commune.

RUISSEAUX
La Bouzanne : rivière de 81 km qui se jette dans la Creuse un peu en aval du Pont-Chrétien-Chabenet. Source à Aigurande. Elle arrose Cluis, Neuvy, Jeu-les-Bois, Arthon, Velles et Pont-Chrétien. Ses bords sont très pittoresques.
Le Pegrot : ruisseau de 2 km.

 

 

 

Formats disponibles : PDF Olni au format PDF, EPUB Olni au format EPUB, FLASH Olni au format FLASH